Le portrait de studio chez quelques photographes contemporains



Le portrait de studio connait un regain de succès, et en conséquence une certaine pérennité, au près de nombreux artistes contemporains.


Ces artistes, parfois africains, s'inspirent des fameux portraits de studios créés, entre autres, dans les studios d'Afrique de l'Ouest par de célèbres prédécesseurs et modèles.


Soit ils adoptent fidèlement les codes des anciens studios photographiques (poses, costumes, décors, accessoires,  lumières, espace), ou bien ils les réactualisent, ou en soulignent encore la dimension esthétique. Soit ils détournent, renversent, ou tournent en dérision les conventions de représentation des identités telles qu'elles se construisaient dans les mêmes studios ou bien bien dans ceux qui, à l'époque coloniale, produisaient des cartes postales où les "types" établissaient des identités figées et exotiques. 

Toutefois, quelle que soit l'intention des artistes, on note un usage des codes formels et sémantiques ainsi que des qualités plastiques propres aux studios, mais aussi une exploration de l'histoire et de l'imaginaire que ces derniers évoquent.







EN COURS...






Germain Kiemtore






Warren B. Sare






Mamadou Konaté 







Leonce Raphael Agbodjelou









 

































Pieter Hugo

 





Zwelethu Mthethwa




 Rainer Elstermann

Les portraits en studio de ce photographe s'inspirent nettement de ceux de Seydou Keita, l'un des maîtres de la photographie de studio au Mali. Ils en citent les décors et accessoires, et parfois même plus que des citations ils en sont un hommage. 













































Rainer Elstermann



 












Ike Ude












Samuel Fosso







































 Antoine Tempé


 Antoine Tempé, Omar Victor Diop, 2012 , © Antoine Tempé.










Manolo Yleera
Luui aussi s'inspire très précisément du photographe Seydou Keita.








Manolo Yleera, in AD Espana avril 2008 pp.42-53.










 Mickalene Thomas































Baudoin Mouanda




Baudoin Mouanda, in Le Monde 2, 3-12-2011












 Michael Zumstein


 Michael Zumstein, Des mères contre l'atlantique, Sénégal











 Martina Bacigalupo


























Hassan Hajjaj 












 Majida Khattari








Yasmina Bouziane







Shadi Ghadirian


















Dow Wasiksiri
Né en Thaïlande en 1956

http://www.dowwasiksiri.com/













Myette Fauchère


"À l’occasion de cérémonies, les tenues de chaque famille, de chaque chorale ou groupe de jeunes sont réalisées dans un même tissu. Du plus jeune au plus ancien, chaque membre porte un vêtement aux motifs identiques. Grâce à un travail de mise en scène, les membres prennent la pose devant un fond représentant ces mêmes motifs. Les personnes disparaissent dans le fond. De véritables « portraits caméléon » sont ainsi créés. Seuls apparaît les masses noires, le visage, les mains, et les pieds."


Via: Portraits Caméléons. 3/12/2012.
http://myettefauchere.wordpress.com/2012/12/03/portraits-cameleon/




Natifs de Vogan 1 - Togo 2010.


Fidèles de l'église d'Agbodrafor 1 - Togo, 2010

Groupe de jeunes 5 - Bénin 2010.

Groupe de jeunes 1 - Bénin 2010.

 Groupe de jeunes 5 - Bénin 2010.

 Groupe de jeunes 1 - Bénin 2010.

 Groupe de jeunes 3 - Bénin 2010.

 Groupe de jeunes 4 - Bénin 2010.
 
 Famille Paqui 1 - Bénin 2010.

 Famille Paqui 2 - Bénin 2010.
 
 Famille Paqui 3 - Bénin 2010.

Chorale des anges 1 - Bénin 2010.


In Afrique in Visu:
"La tradition de la photographie africaine du portrait perdure. Des artistes, comme le malien Seydou Keita et l’ivoirien Cornélius Augustt ont déjà fait des propositions en ce sens. Néanmoins, le type de portrait que propose Myette Fauchère est novateur. Elle brouille les codes de compréhension de l’image et de la représentation.
En Afrique Noire à l’occasion de cérémonies, les tenues de chaque famille, de chaque chorale ou groupe de jeunes, sont réalisées dans un même tissu. Grâce au travail de mise en scène de Myette Fauchère, les membres prennent la pose devant un fond identique au tissu porté. Les personnes disparaissent dans le fond. De véritables « portraits caméléon » sont ainsi créés.
Par ses photographies, saisies dans ce contexte cérémonial, la photographe pose la question de la représentation d’une identité collective et communautaire dans un cadre social défini."
Via: http://www.afriqueinvisu.org/musee-de-la-viscose,419.html










Mário Macilau

 Born in 1984 in Maputo, Mozambique. Lives and works in Maputo





Untitled, Serie "Moments in Transition",2014,
 Archival pigment print on cotton rag paper 80x120 cm.




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire